Agro plastiques

mardi 21 juin 2011
par  Maitre de la toile
popularité : 15%

Les agro-polymères sont peu connus, et pourtant leur importance augmente, les enjeux, sont là aussi considérables. Par rapport aux agro-carburants, ils possèdent une mise en œuvre plus longue et plus complexe. Leurs transformations successives de la plante à l’objet nécessitent de nombreux et lourds investissements.

Si dans l’avenir, ils pourraient représenter une alternative intéressante dans certains secteurs, leurs domaines d’applications aujourd’hui comprennent des champs particulièrement restreints. L’origine de la matière pose d’abord un problème. Les agro-polymères sont presque tous issus des partie noble de la plante (graine, tubercule). Ces polymères, au même titre que les agro-carburants, entrent en concurrence avec l’alimentation humaine. Mais, encore plus que pour les agro-carburants on justifie leur mise sur le marché, par la nécessaire adaptation de l’outil de production, en attendant la deuxième et même la troisième génération de matière. Tout ceci, sans complètement expliciter le cycle de vie, ou l’impact CO2 toujours très flou.

On maintient le consommateur, dans un flou des plus artistique quand à la réalité de ces produits. Le terme bio-polymères, n’a bien entendu rien avoir avec une culture biologique. Nous sommes dans l’agro-industrie lourde, avec chimie (intrants, pesticides, voir OGM...). Il convient également, de savoir que l’on mélange matières bio sourcées (d’origine agricole ou forestière), et matière bio-dégradable. Une matière bio-sourcée, n’est pas forcément biodégradable, une matière biodégradable peut avoir pour origine le pétrole, Très souvent, les produits sur le marché sont des mélanges de matières bio sourcées, et (ou) pétrolière.

En matière de compostage, nous avons des normes particulièrement sévères, à tel point que les feuilles de chênes ne sont pas biodégradables suivant la norme, un comble. Ceci a pour conséquence que la biodégradabilité ou pas d’un polymère est très fortement liée à son épaisseur.

Plus de 30% des matières plastiques utilisées dans le monde développé, le sont dans l’emballage. Avec une forte proportion dans l’emballage à courte vie et grande consommation. Les agro-polymères n’échappent pas à cette logique. Les producteurs et les transformateurs en font du reste leur publicité.

La plupart des agro-polymères utilisés sont destinés au compostage après utilisation. Or en France, le recyclage des ordures ménagères passe par l’incinération. Technique au demeurant peu respectueuse de l’environnement. En conséquence, vous achetez plus cher des sacs, des emballages, des pots et gobelets jetables alimentaires, respectueux de l’environnement. Ils sont destinés à être recyclés par compostage, puis épandus sous forme de compost. En fait, ils finissent leur vie en incinérateur dont ils assurent la combustion.

Actuellement, sur les 6,7 millions de tonnes de matières plastiques transformées en France, un peu plus de 1% sont bio-sourcées (pas forcément biodégradables). Ce qui représente un peu moins de 100 000 tonnes. Pour produire ces 100 000 tonnes, il faut environ 300 000 de tonnes de céréales ou de pommes de terre.


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 22 novembre 2017

Publication

522 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

64 aujourd'hui
94 hier
218340 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés