Les déchets de MACS

mercredi 8 mai 2013
popularité : 100%

Transition dans la gestion des déchets pour Maremne Adour Cote Sud

Par Marinot

Une unité de « valorisation énergétique » (UVE) est envisagée pour le traitement des ordures ménagères des 76 communes actuellement clientes du SITCOM 40 (1).

Les communautés de communes de MACS, Côte Landes Nature, Seignanx, Pays d’Orthe et Grand Dax sont concernées, soit 160 000 personnes.

Une enquête publique est programmée cette année pour une mise en opération en 2016. Les démarches administratives, appel d’offre (17), provision au budget 2011 (4), laissent à l’écart la population qui n’a pas été consultée sur la présentation de différentes solutions conduisant à ce choix.

La transition énergétique peut elle remettre en cause une telle installation ? L’analyse réalisée pour tenter de répondre à cette question est indicative et n’est pas à prendre au pied du chiffre...

Définition d’un déchet :

C’est la quantité perdue dans l’usage d’un produit, ce qui reste après l’utilisation (27).

Depuis quelques dizaines d’années seulement, avec la civilisation citadine et l’énergie pas chère, le déchet est passé de l’exception à une pratique courante. Marketing consuméristes (nourriture sur-emballée sur-détaillée, vêtements discount, objets à faible durée de vie) et apparition de nouvelles matières synthétiques ont véritablement donné naissance au statut actuel du déchet : omniprésent, inévitable, indestructible par la nature, polluant. Le déchet représente à lui seul la société de consommation dans tout son luxe ! Les volumes croissants ont fait naître une industrie organisées et souvent gérées par les pouvoirs publics.

Les deux premières règles de la transition sobriété et efficacité, résument à l’inverse les anciennes pratiques du vivre chiche, de l’usage en cascade des objets, puis du recyclage de la matière elle même. Qui sait que les chiffonniers permettaient de fabriquer du papier en collectant les tissus en fin de vie ? Avec la transition c’est l’économie circulaire qui gagne le pas sur l’économie linéaire (13).

Concluons cette approche introductive par deux formules parallèles qui ne laissent planer aucun doute : la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas, le meilleur déchet celui que l’on ne produit pas.

La France en Europe (12) :

La tendance de « maîtrise de la filière » autant que des choix politiques conduisent à la réduction de l’enfouissement au profit du recyclage et du compostage. C’est l’exemple Allemand qui illustre le mieux ce phénomène avec prés de la moitié des ordures recyclées et le quasi abandon de l’enfouissement.

La France, comparée à la moyenne européenne, est en retard sur le recyclage. Elle continue les enfouissements.

L’incinération reste la solution des pays les plus riches. Elle semble une filière incontournable mais qui a connu de grandes mutations sous la pression environnementale.

Le marché des déchets en France (2) :

La directive cadre déchet de l’UE (2008) et le grenelle de l’environnement privilégie la prévention, le recyclage et la valorisation des déchets, pour limiter l’émission des gaz à effets de serre (18-19). Principaux objectifs et tendances réglementaires :

  • réduire les quantités de déchets (- 7 %),
  • augmenter la valeur recyclée (45 %),
  • diminuer l’enfouissement ou l’incinération (maximum de 60 % de déchets) (19)
  • collecte sélective des bio-déchets obligatoire pour les gros « producteurs » (cantines, restaurants, commerces ou industries alimentaire) (21)
  • encadrement strict de l’installation et du fonctionnement des solutions d’enfouissement et d’incinération.

En 2009, en France, le parc des incinérateurs vieillissants et peu efficaces dans la récupération d’énergie produisait 3 millions de tonnes de mâchefers ainsi que l’émission annuelle d’environ 6,5 millions de tonnes de CO2, hors prise en compte des émissions dues aux transports des déchets et des résidus.

Le système « économise » 1,8 millions de tonnes équivalents pétrole par an (hors collecte), soit 18 € la tonne et pourrait atteindre 40 € par tonne avec des usines modernes. Ce gisement est assimilé pour moitié à de l’énergie renouvelable, car il utilise pour moitié des combustibles issus de l’industrie pétrolière.

Polluant, malgré les systèmes obligatoires de traitement des fumées, les activités d’incinérations sont soumises à la TGAP (taxe générale sur les activités polluantes) (2). Le réemploi des mâchefers souvent dans les infrastructures routières, n’est possible qu’après maturation pour en extraire les métaux lourds. Les contraintes environnementales menacent l’avenir de la filière (22).

Le traitement des déchets sur MAREMNE ADOUR COTES SUD :

La filière est bien présentée sur le graphique extrait du bilan de fonctionnement 2011.

Remarque chagrine, les mâchefers sont en partie réinjectés dans le compost, ce qui peut pénaliser leur utilisation en agriculture biologique (présence de métaux lourds). Une partie de la biomasse recyclée en déchetterie disparaît au cours du processus de traitement biologique, plus de 3000 tonnes quand même (eau ? méthane ?).

L’analyse des tonnages permet de créer les graphiques ci dessous :

Les déchetteries et les collectes sélectives réalisent plus de la moitié du tonnage. Les ordures ménagères et les apports de tiers en direct à Bénesse constituent le solde quasiment à parts égales.

Le traitement des déchets montre la part prépondérante de l’enfouissement et de l’incinération, au delà des 60 % maximum, objectif du grenelle de l’environnement.

Les déchetteries sont performantes avec plus de la moitié recyclée, ce qui n’est pas le cas du traitement des déchets ménagers entièrement incinérés.

En 2011, le Sitcom 40 a traité un peu plus d’ordures ménagères pour un peu plus d’habitants (+ 1,28 % / + 1,66 %) (4). C’est une moyenne de 284 kg/an/habitant. Des disparités territoriales existent avec MACS à + 2 % !

Cependant, grâce à l’action de communication du SITCOM 40, le tri sélectif (verre, papier, carton, boites métalliques, plastiques) collecte de plus en plus de produits depuis 2006, sauf dans le grand Dax où la quantité captée stagne.

La volonté du SITCOM de collecter tous les déchets du territoire pour préserver notre cadre nature se traduit au final par plus de 1,5 tonne de déchets / an / habitant !

C’est trois fois la moyenne nationale ! (526 kg en 2011).

La valorisation des produits s’est révélée payante avec une augmentation de plus d’un tiers des recettes (4) !

Seule ombre au tableau pour les exploitants, un tiers des déchets à brûler dépassant les capacités actuelles d’incinération sont traités hors territoire, et de plus en plus loin... Les usines d’incinérations crées en 1972 et 1976 arrivent en fin de vie et un arrêté préfectoral les oblige à passer en mode récupération d’énergie (chaleur et/ou électricité). Elles émettent du CO2 (3) dont la moitié compté comme non renouvelable (brûlage de plastique). Les émissions indirectes sont conséquentes : collecte, électricité, brûleurs alimentés en fioul, ...

Analyse  :

Le SITCOM 40 avec un budget 2011 de 42 m €, génère un « coût » annuel du traitement des ordures ménagères par habitant de 262,5 €.

Par rapport au bilan national 2011, le SITCOM 40 présente un meilleur taux de valorisation. Les filières points tri et déchetteries sont particulièrement performantes en valorisation et donc en recettes. La recherche de valorisation des ordures ménagères et des « apports des tiers » actuellement nulle ou faible doit être la priorité de la collectivité.

Les unités d’incinérations sont obsolètes, il est effectivement urgent de faire un investissement d’avenir. La solution envisagée est un projet d’UVE (unité de valorisation énergétique) moderne de 83 000 tonnes de capacité avec un coefficient de performance énergétique de 0,65. L’UVE est considérée fiscalement comme une transformation des ordures ménagères à 50 % en énergie renouvelable. Elle conduirait à une économie de 0,33 tonne équivalent pétrole (1 tep = 11 630 kw – ratio de 50 % renouvelable). Une UVO (unité de valorisation organique) complémentaire serait possible mais n’est pour l’instant pas retenue dans le projet.

Existe il d’autres solutions ? Que contiennent nos sacs poubelles d’ordures ménagères ?

Y a t il une part fermentescible à extraire avant incinération ?

La quantité de déchets et leur qualité de combustibilité va elle rester constante avec la fin du pétrole et donc peut être la raréfaction des matières plastiques ?

Après différentes lectures sur le sujet, j’ai imaginé trois scénarios qui, ne sont qu’indicatifs, mais montrent bien les enjeux économiques et environnementaux :

  • Logique actuelle (la croissance) : La nouvelle UVE investit en 2013 de plus grande capacité que les deux usines remplacées, avec un taux constant d’accroissement de la population concernées (+ 2,5 % sur MACS - statistiques Insée – ref 21) est saturée en 2022 par les 200 000 personnes clientes, toutes choses égales par ailleurs (émission constante de déchets, captage identique de 1.5 t/an /personne, un taux d’incinération identique). De nouveaux investissements sont nécessaires... L’unité « rapportera » par valorisation énergétique (électricité, chaleur) de l’ordre de 3 millions d’euros au moins
  • (200 000 * 1,5 * 0,28 * 36 €/t).
  • Les produits financiers du recyclage des déchets augmentent par le seul effet de volume à 2,5 millions d’euro...
  • (2 m € pour 38 % des 1,5 t des 160 000 habitants deviennent 2,5 pour les 200 000 habitants).
  • Total recettes 5,5 m €
  • Logique allemande (recyclage max) : en 2022 avec un même « gisements » de déchets » combiné à un fort taux de recyclage 45 % + compostage 18% conduit à une recette annuelle de 4,1 millions d’euro !
  • [200 000 personnes * 1,5 t/p/a * (0,45+0,18 %) = 189000 tonnes]
  • [2 m € pour 38 % des 1,5 t des 160 000 habitants deviennent 4 m € pour les 45+18 % des 1,5 t des 200 000 habitants]
  • Des investissements supplémentaires largement amortis ont été réalisé en 2013 (tri sélectif des ordures ménagères, Unité Valorisation Organique pour la transformation de la part fermentescible (7). Le méthane produit et le compost supplémentaire obtenu n’ont pas été chiffrés. L’unité d’incinération est saturée et rapporte 3 millions d’€. Il reste de l’ordre de 10 % à enfouir.
  • (100-45-18-28)
  • Total recettes 7,3 m € (minimum)
  • Logique transition (30 à 35 % de pétrole en moins) : en 2022, la nouvelle société est en place, le Sitcom a investi en 2013...
  1. le volume des déchets est globalement en baisse significative (7 %). Les nouveaux animaux de compagnies ont intégrés dans leurs rangs des poules voraces qui absorbent 150 kg de déchets ménagers par an/ habitant (5).
  2. vu le coût des transports, l’extraction et la méthanisation des déchets fermentescibles est réalisée à la source chez les particuliers ou dans les collectivités (digesteurs permettant le compostage avec récupération du méthane pour usage domestique cuisine ou chauffage). (- 37 %) (6). Gains économiques non chiffrés.
  3. Au total, les ordures ménagères sont recyclées pour moitié (6). Vu le coût des transports, le tri est décentralisé dans chaque agglomération au profit de travailleurs sociaux spécialisés. Une industrie locale source d’emplois qui rapporte 3,1 m € de recettes au moins !
  4. (160 000 => 200 000* 93% et 38 % => 51 % conduisent à 2 => 2,3 => 3,1 m €).
  5. La collecte des déchets recyclés est réalisée au porte à porte et en centre local de tri à jours fixes hebdomadaire prédéfinis (lundi le verre/métal, mardi..., …).
  6. Les véhicules de transports alimentés en bio gaz traitent une quantité très réduite de déchets inévitables.
  7. L’enfouissement est réservé aux déchets ultimes et peu combustibles. Le SITCOM contraint par la loi diminue l’enfouissement (-15 %) (22) ou l’arrête complètement.
  8. Les déchets contiennent peu de plastiques combustibles, en l’absence de produits pétroliers, on brûle une partie du bois récupéré... Il reste entre 8 % et 23 % de déchets nouveaux à incinérer (0,8 à 2,5 m € de recette)
  9. [(100-7-52-(33-15) ou 33 ]
  10. (200 000 * 1,5 * 93 % * 8 % à 23 % * 3 m € / 28 % )
  11. Le SITCOM peut exploiter les anciens centres d’enfouissements (matières premières, combustibles d’appoints gratuits, complément de charge).
  12. Bilan emploi, environnemental, matière, économique favorable

CONCLUSION :

La logique de la croissance avec une UVE plus grande et une centralisation plus forte du traitement des déchets, illustrée par le scénario 1, ne peut être retenue : la transition c’est maintenant !

La logique Allemande montre combien il est économiquement intéressant de recycler les déchets (scénario 2) !

Un investissement dans une Unité de Valorisation Energétique avec cogénération (électricité + chaleur) est inévitable car les centres d’incinération actuels sont obsolètes.

L’incinération des déchets est un non sens en période de sobriété puisque la matière est détruite alors qu’elle peut être être rare et donc précieuse. La valorisation énergétique, n’est au fond qu’une limitation du gaspillage...

De plus, la transition énergétique devrait remettre en cause complètement la filière (scénario 3) en particulier le volume de la ressource, sa qualité, le coût de la collecte, le bien fondé de l’incinération.

Les changements climatiques peuvent ne pas être neutres sur les capacités d’enfouissement.

Par conséquent, dans une logique de stratégie de rupture et urgence oblige :

  • le dimensionnement du nouveau moyen d’incinération devrait être revu à la baisse (50 % des capacités envisagées par exemple), ce qui obligerait à adopter des mesures responsables à tous les niveaux,
  • investir, dans l’enveloppe budgétaire initialement prévue, dans une petite Unité de tri avec Valorisation Organique installée à Bénesse avec pour objectif le traitement sélectif des « apports des tiers » et des ordures ménagères de proximité. Cette unité piloterait l’investissement personnel des collectivités clientes du Sitcom 40,
  • mise en place immédiatement de la taxe des ordures ménagères dite incitative (engagement 243 du grenelle de l’environnement) qui doperait le recyclage à la source,
  • implanter rapidement dans chaque village d’autres « UVO » plus modestes et des centres de tri des déchets ménagers au plus prés des sources d’émission, ce qui donnerait des solutions d’emploi et des profits... tout en préservant l’environnement.
  • l’expérience sur le tri, les marges et profits dégagés permettent d’envisager l’exploitation des matériaux enfouis par le passé...

Marinot

Autres liens :

  • un dossier très complet sur la gestion des déchets (8)
  • L’économie verte est en bonne santé, car elle dépend du recyclage des déchets qui est en constante augmentation (15 % ente 2004 et 2009) (9)
  • Le coût de la gestion des déchets est prépondérant dans le choix d’une technique (10)
  • surcapacité d’incinérateurs en Europe et frein au réemploi des matériaux (11)
  • l’économie circulaire progresse juridiquement : un déchet est une ressource valorisable (13)
  • Un avis de jeune sur la filière : on privilégie la production de déchets ! (14)
  • similitudes : un autre projet sur Toulon (15)
  • valorisation énergétique passée à la loupe (16)
  • stratégies des 3 R d’évitement des déchets (25)
  • autres modes de récupération de la matière première plastique (26)

1 - http://www.sitcom40.fr/fileadmin/documents/sitcom-infos/Sitcom_Infos_N___9.pdf

2 - http://www.actu-environnement.com/ae/news/evaluation_performance_energetique_installation_incineration_dechets_non_dangereux_7304.php4

3 - http://www.sitcom40.fr/fr/documents/analyses.html

4 - http://www.sitcom40.fr/fileadmin/documents/rapports/Rapport_annuel_2011_AVEC_annexes.pdf

5 - http://www.ladepeche.fr/article/2013/01/30/1548532-gironde-et-si-on-demandait-aux-poules-de-faire-des-ufs-et-du-tri-selectif.html

6 - http://www.actu-environnement.com/ae/news/debat_syctom_ivry_incinerateur_8354.php4

7 - http://evere.fr/un-traitement-multifilieres/le-process-en-details/unite-de-valorisation-organique.html

8 - http://www.actu-environnement.com/ae/dossiers/dechets/dechets.php4

9 - http://www.actu-environnement.com/ae/news/recyclage-dechets-economie-verte-role-developpement-croissance-emplois-14375.php4

10 - http://www.actu-environnement.com/ae/news/couts-gestion-dechets-menagers-fnade-amorce-16953.php4

11 - http://www.actu-environnement.com/ae/news/incineration-surcapacite-europeenne-17590.php4

12 - http://europa.eu/rapid/press-release_STAT-13-33_fr.htm?locale=en

13 http://www.actu-environnement.com/ae/news/arret-cour-justice-europe-statut-dechet-dangereux-recyclage-18013.php4

14 - http://www.actu-environnement.com/ae/news/cniid-bioreacteur-csr-projets-biomasse-dechets-17986.php4

15 - http://www.actu-environnement.com/ae/news/toulon-delegue-valorisation-energetique-de-ses-dechets-18260.php4

16 - http://www.actu-environnement.com/ae/news/dechets-incineration-europe-statistiques-11714.php4

17 - http://www.ouestmarches.com/les-marches-publics-et-prives/detail/Landes-SITCOM-Cote-Sud-des-Landes-Benesse-Maremne-40230-40-construction-de-l-unite-de-valorisation-energetique-etudes-fourniture-et-mise-en-service-des-equipements-du-process-pour-le-compte-du-sitcom-cote-sud-des-landes-a-benesse-maremne/668483

18 - http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-mesures-prevues-par-le,12823.html

19 - http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-mesures-prevues-par-le.html

20 - http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-Plan-d-Actions-Dechets-2009.html

21 - http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-Decret-du-11-juillet-2011.html

22- http://www.ineris.fr/aida/consultation_document/8231

23 - http://www.statistiques-locales.insee.fr/FICHES/DL/EPCI/DL_EPCI244000865.pdf

24 - http://www.sitcom40.fr/no_cache/fr/documents/sitcom-infos.html?cid=237&did=487&sechash=20bfcaf9

25 – http://fr.wikipedia.org/wiki/Trois_R

26 - http://fr.wikipedia.org/wiki/Valorisation_des_d%C3%A9chets_en_mati%C3%A8re_plastique

27 - http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9chet


Navigation

Articles de la rubrique

  • Les déchets de MACS

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 22 novembre 2017

Publication

522 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

69 aujourd'hui
94 hier
218345 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés