Le Vrai DUFAU

mardi 1er mars 2016
par  Maitre de la toile
popularité : 15%

Article extrait du journal d’opinion landais LANDEMAINS téléchargeable ici

On se méfiait, l’homme est ombrageux, il nous avait taclés une ou deux fois, à cause de tout notre verbiage, notre agitation, nos bons sentiments, notre tralala de citoyens. On nous avait prévenus, le type travaille en solo, genre franc tireur. Nous les militants d’avant-hier, on allait rencontrer la légende.

Bon, on téléphone, on prend rendez-vous, on sonne, on entre et on parle. Classique. Disons plutôt il parle. On dit bonjour, il envoie le reste. Le travail, la jurisprudence, les dates, le tribunal, le Conseil d’État, la SEPANSO, les Amis de la Terre, les élus de l’époque, ceux d’aujourd’hui (ce sont les mêmes !!!), la loi littoral, le préfet Barthélémy, les codes juridiques, le Bouyssou, le Lamorlette, le procès gagné contre Bouyssou lui-même. On se jette quelques coups d’œil. Moi je fais semblant de noter, pour faire pro, je prends des airs inspirés, j’acquiesce comme j’ai vu faire les journalistes. Voilà maintenant qu’il s’agite, il fait des bonds, il saute de sa chaise, grimpe aux étagères pour nous montrer des dossiers. 83 ans ; on est submergés.

« J’ai ramé pour avoir le BAC mais j’ai appris à 50 ans le code juridique par cœur parce que je sais pourquoi je le fais. » « On allait le dimanche avec ma femme (elle qui corrigeait mes notes, mes rapports) se promener sur nos terres. » Entendez celles qu’ils avaient sauvées du béton.

Deux mois après je relis mes notes : j’ai écrit ’on s’est bien amusés’, ’jubilatoire’, ’beaucoup de plaisir’, ’pas de fatalité’, ’passion’, ’plaisir’ encore... Je n’ai pas écrit joie, mais c’est de joie qu’il s’agit. On est allé rencontrer un vieux juriste aigri et fatigué, on a vu un gamin plein d’enthousiasme qui nous a transmis de la joie.

30 ans de combat, de procès, de batailles juridiques, de paperasse et pas une trace de rancœur. De la fierté, de la satisfaction. « On me dit Monsieur Dufau, selon vous ... Non, pas selon moi ; selon le code et la loi. » Ce type n’a pas défendu un point de vue, il a défendu la loi contre ceux, promoteurs et élus de tous poils qui, le plus souvent en toute conscience, entendent s’en affranchir et bétonner notre territoire par intérêt et cupidité. Les mêmes qui nous vendent aujourd’hui la nature landaise, l’espace, la liberté. « Pour moi le combat est presque gagné ; toute la côte est quasiment protégée mais il faut rester vigilants. Nous avons toutes les armes juridiques pour démonter tous les projets. » Il nous montre ses étagères de dossier. Les armes sont là, les outils attendent l’artisan qui voudra les manier. Jean Pierre Dufau veut transmettre, il veut former les maîtres artisans de demain, il nous attend. La fatalité, la résignation, les « on n’y peut rien », les « ils sont plus forts que nous », les « pots de terre contre le pot de fer », c’est de la foutaise. Des excuses pour s’acheter une bonne conscience. Ici, sont toutes les preuves, les scalps, les verdicts, le tableau de chasse de trente ans de traque, de trente années de vigilance et de défense de la nature landaise. Oui, quoi qu’en disent les promoteurs, les aménageurs de tous poils et n’en déplaise au directeur de la CCI, avec ou sans pins, avec ou sans marécages, les biotopes et les écosystèmes particuliers qui se développent dans les Landes sont la nature. Et il ne sut pas que quelque hominidé y pose sa patte ou sa roue pour en faire quelque chose d’artificiel. Parce que l’homme fait partie de la nature.

Cette carte n’est pas exhaustive, ce ne sont que quelques exemples parmi la soixantaine de jugements rendus dans la période en faveur du super Dufau. Détails sur la liste : www.noutous.fr/victoires-du-vrai-dufau/ Rappelons que c’est lui aussi qui a bloqué le projet de vague artificielle à l’époque où il était prévu sur une zone protégée à Soustons plage. Son recours au TA concernant la zone d’activités devant accueillir un nouveau centre Leclerc et un GIFI notamment à Capbreton a été accepté. L’appel de la commune au CAA devrait être examiné sous peu. Les élus d’aujourd’hui (les mêmes pour la plupart que ceux d’hier) ont Bone-mine (!) à venir nous vendre de la nature et des films de la côte sauvage des Landes. Malgré les attaques de toutes parts, nous ne devons cette préservation qu’à un seul homme, au nom de la loi, contre les élus qui entendaient la bafouer pour servir des intérêts privés.

Merci qui ?

Merci Jean-Pierre !

JPEG - 279.4 ko
Plan de quelques batailles gagnées
PDF - 37.5 ko
Les victoires du winner
PDF - 4.6 Mo
Article original

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 22 novembre 2017

Publication

522 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

7 aujourd'hui
80 hier
218455 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés