Santocha : une plage de sable volcanique ?

lundi 15 avril 2019
par  Maitre de la toile
popularité : 1%

Il semblerait que Macs ait l’intention de diversifier l’offre de plage pour le tourisme.

Les Landes sont connues pour la monotonie de leurs interminables plages de sables blancs ou blonds bordés de dunes. Or la dune recule, et souvent beaucoup par endroit. Par exemple à Capbreton, les services de l’état donnent un recul de 2m par an, sans compter l’influence du réchauffement climatique dont trop de monde se contrefiche.

PNG - 879.4 ko
trait de côte projection sans le réchauffement climatique

Ce recul localisé important semble du à un changement d’orientation local de plage, et à la présence de la digue nord du port de Capbreton. Ce dernier gêne le transit nord/sud du sable dû à l’effet combiné de la houle et de l’axe du littoral.

Entre cette partie et la sortie du port, on utilise déjà un système de transfert appelé By-pass. Il permet de transférer moins de 100 000 m3 de sable vers les plages de Capbreton protégées par des digues de béton.

Certains ont peut être eu l’idée de copier la Guadeloupe qui possède des plages avec du sable classique, mais aussi des plages avec du sable noir issu de son volcanisme.

Or justement pas loin, il existe un gisement de sable noir. C’est dans le lac d’Hossegor. Ce lac s’ensable lentement, et les riverains voudraient y voir toujours de l’eau.

PDF - 736.6 ko
Santocha janvier 2019

Un juge avait bien suspendu les travaux, mais vous savez les juges, que pèsent ils face à un préfet... Car, c’est grâce à arrêté complémentaire du préfet des Landes que le porteur de projet a cru se permettre de reprendre les travaux. Vous trouverez ci-dessous cet arrêté.

PDF - 410.6 ko
Arrêté préfectoral complémentaire

Du reste ce bon préfet ne semble pas très au fait de ce qu’il écrit, ou qu’on lui fait écrire. En effet dans son arrêté il nous assène quelques informations intéressantes.

Vous y lirez qu’avant la suspension des travaux, un andin (tas de sable le long du pied de la dune) de 10 000 m3 avait été créé. Cet andin était ben entendu composé par ce sable si blanc issu des sédiments puisés dans le lac d’Hossegor. Or un petit calcul de volume nous indique qu’il ne dépasse probablement pas les 3 000 m3. Nous avons arrondi aux valeurs supérieures pour éviter de trop vexer les porteurs de projet qui nous ont largement démontré leurs grande susceptibilité lors du rendu du jugement en référé.

Suite à la reprise des travaux, que nous jugions illégales, nous sommes retournés devant le juge administratif, et là nous avons été battus. Les travaux pouvaient continuer.

Personnellement, nous n’irons pas faire baigner nos petits enfants sur la plage du Santocha, mais chacun est libre.

Voici les documents qui résument notre position.

PDF - 309.2 ko

Agenda

<<

2019

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 18 avril 2019

Publication

567 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
9 Auteurs

Visites

2 aujourd'hui
80 hier
285482 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés