Black Friday ... et BLACK YEAR (année noire) pour 400 000 marins oubliés !

lundi 30 novembre 2020
par  Yan lou Pec
popularité : 23%

Avec près de 400 000 membres d’équipage prisonniers en mer à cause des restrictions dues au Covid, il est temps pour les distributeurs comme Amazon d’aider à faire pression pour qu’ils obtiennent le statut de travailleurs essentiels.

Ce week-end sera l’une des plus fiévreuses journées d’achat de la planète. On estime que rien qu’au Royaume-Uni, environ 66 milliards de livres - dont une bonne partie en ligne - seront dépensées pendant le Black Friday et le Cyber ​​Monday. Pourtant, pendant que les acheteurs cliquent et attendent de récupérer leurs achats, une crise en mer frappe les personnes qui travaillent pour nous apporter ces marchandises.

Il n’est pas exagéré de dire que sans les transports maritimes, le marché mondial s’effondrerait. Il est en effet responsable du transport de 90% de tout le commerce mondial. Même dans des circonstances normales, alors que plus d’un million de marins travaillent quotidiennement sur les navires qui constituent la flotte marchande mondiale, leur travail est à peine remarqué par les consommateurs. Pendant que la Covid-19 faisait des ravages dans le monde, ces travailleurs invisibles ont aidé à maintenir en marche l’économie mondiale.

Mais, comme signalé à plusieurs reprises par le Guardian Seascape, près de 400 000 de ces marins sont pris au piège à cause de la crise qui frappe les changements d’équipage. La plupart d’entre eux n’ont pas été désignés comme travailleurs essentiels pendant la pandémie et sont en fait restés emprisonnés à bord de leurs navires incapables de changer les équipages dans les ports, et donc de retourner chez eux dans leurs familles.

Le silence sur la situation critique de ces marins bloqués est généralisé, allant des gouvernements qui ont décidé que les équipages des bateaux ne sont pas des travailleurs essentiels, aux grands de la distribution qui profitent d’énormes ventes. Ce manquement prend de nouveau de l’importance maintenant, alors que de nouveaux vaccins contre la Covid-19 sont développés et que les discussions tournent autour de qui devrait être vacciné en premier. L’Organisation maritime internationale, l’organisme des Nations Unies pour la navigation et les marins, n’a pas réussi à ce que les pays respectent les normes sanitaires et de rapatriement pour les gens de mer. Dans les faits, ils sont perdus en mer.

Beaucoup sont bloqués depuis plus d’un an, avec pour conséquence une détérioration physique et mentale rapide. Ces travailleurs opèrent dans des conditions parmi les plus difficiles au monde pour satisfaire la demande mondiale de la distribution. Leur lutte a été reconnue par le pape François et António Guterres, le secrétaire général des Nations Unies. À ce jour, pourtant, le secteur de la distribution qui a réellement le pouvoir de faire changer les choses, a brillé par sa discrétion.

La majorité des marins sont originaires des Philippines, de Chine et d’Inde. C’est peut-être pour cela que certains à l’Ouest considèrent que leur triste sort n’est pas de leur ressort, mais de celui de l’autre partie de la planète. Pourtant le transport maritime est une activité vraiment mondiale et une indifférence persistante peut avoir des conséquences tout aussi universelles. Non seulement la crise humanitaire en mer s’aggrave chaque jour, mais la santé défaillante de nos marins affecte la productivité, ce qui à son tour nuit à la fluidité du transport des marchandises autour de la planète.

Dans l’état actuel des choses, quelques grands distributeurs sont sur le point d’encaisser d’énormes profits lors de la ruée sur les produits du Black Friday et du Cyber ​​Monday et cela grâce au travail des marins. La Chambre internationale de la marine marchande a écrit une lettre ouverte à Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, lui demandant d’user de son influence pour faire pression sur les gouvernements pour qu’ils reconnaissent les gens de mer comme des travailleurs clés, afin qu’ils puissent changer d’équipage, rentrer chez eux et retrouver leurs familles.

Le sort des travailleurs de la mer est un problème mondial et nécessite une réponse mondiale. Les gouvernements doivent accorder aux marins les mêmes droits qu’aux autres travailleurs essentiels, et la responsabilité des entreprises doit s’étendre aux marins comme elle le fait aux autres employés. Cette course aux profits, aux dépens d’hommes et de femmes pris au piège, doit cesser. En attendant, avant de cliquer sur "ajouter au panier", pensez à ces marins, hommes et femmes, dont le travail permettra d’ajouter le contenu de ce "panier" au confort de votre maison, alors qu’eux mêmes ne peuvent pas rentrer à la maison.

Nusrat Ghani est député de Wealden et ancien ministre des Affaires Maritimes. Guy Platten est secrétaire général de la Chambre internationale de la marine marchande.

(Article du Guardian : Shopping on Black Friday ? Remember the stranded seafarers who make it possible par Nusrat Ghani et Guy Platten 27/11/2020) Traduction Amis de la Terre des Landes.

PDF - 274.5 ko
Black Friday, Amazon et transport maritime

Agenda

<<

2021

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 25 avril 2021

Publication

634 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

1175 aujourd’hui
2456 hier
463381 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés